Qui suis-je?

Qui suis-je?

maryse grousson

Bio MARYSE GROUSSON

La couleur pour tout passeport

La Lorraine me voit naître en 1950 Je vis et travaille depuis 1978 à Lyon ou dans sa région, suis inscrite à la Maison des artistes depuis 1987, et j’ai au moins deux cordes à mon arc. Mon parcours est comme un tracé de voilier qui tire des bords.  Il est Fait de formations diverses , des Arts graphiques dans un lycée parisien, aux Beaux Arts d’Abidjan et Lyon, obtenant le diplôme des Beaux arts en 1981. Avec un petit détour par la cartographie et la photo identification, un diplôme de photo identificatrice de l’Institut Géographique National, pour former le regard à voir de plus haut, et plus globalement.

Au mi-temps de la vie, je reprends des études et me forme à l’art-thérapie durant trois années, j’obtiens un certificat de praticien en art-thérapie en 2000.

J’aime La dynamique de la transmission  et pour ce faire, j’ai développé mes outils de plasticienne, dans le champ des arts plastiques, des Beaux arts d’Abidjan aux ateliers de rue pour enfants de Bron et Givors, de la prison de femmes de Montluc à Lyon aux institutions gériatriques de Tarare, Rhinau ou Pollionnay, en passant par des classes de collège en Côte d’Ivoire et en France ,classes primaires ou maternelles de la région lyonnaise. Au sein de mon atelier, je continue à accompagner ceux qui le désirent à faire « grandir » leur Etre profond à travers le jeu/je de l’expression.

Mon dada est de croire que la créativité existe chez l’humain, quelque soit son âge, sa culture, ses origines, sa situation sociale ou professionnelle. Mes recherches personnelles me permettent de découvrir pour moi-même, puis mettre en place des techniques utilisables par tous, pour que la source de chacun puise rejaillir.

Je découvre la psychologie, la médecine chinoise, la symbolique du corps humain à travers les cours de Marguerite de Surany à Paris à l’ âge de dix huit ans. Plus tard enseignante en arts plastiques, je remarque qu’un jeune adolescent à utilisé les thèmes proposés pour exprimer les difficultés qu’il traverse…J’observe et fais des liens à travers l’expression picturale bien avant de me lancer dans une formation d’art-thérapeute. J’ai vingt ans quand « Euréka » la relation entre la maladie et inconscient me saute aux yeux, trente six lorsque je dévore le livre de Jung sur « l’Inconscient » Les hasards de la vie me forment. J’accompagne durant cinq années jusqu’à son dernier souffle mon voisin atteint de sclérose latérale amyotrophique. Je m’engage bénévolement comme responsable régionale pour l’association Association pour la Recherche sur la Sclérose latérale amyotrophique. de 1987 à 1997, en faisant de l’ accompagnement à la personne et de l’ écoute téléphonique, de personnes atteintes de S.L.A En 1996,

Je rencontre le psychanalyste René Schaller initié par Carl Rogers, et me forme à l’écoute empathique selon la méthode Rogers, c’est comme un très bel outil qui m’est donné.

Je regarde ma vie comme un ouvrage  et tricote passionnément les jours en double maille :

1. Je persiste, continue à créer et suivre mon fil d’Ariane d’une part, les projets ne manquent pas.

2. Je-mets mes outils de plasticien au service de l’art-thérapie et du développement personnel, lors de sessions de créativité : stages, journées à « thème »d’autres part(le conflit de personne, la différence de point de vue, l’esprit d’équipe, développer sa propre créativité…)

- Ou cultive Le travail hebdomadaire en institution psycho-gériatrique commencé en 1998. Prendre soin des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer en atelier d’expression, éveille ma curiosité, j’aime leur langage pictural. Former et transmettre, des stagiaires ou des soignants me permet de renforcer mes atouts d’accompagnant au geste créatif.

En filigrane, je garde les yeux grands ouverts sur le Monde : Les Voyages ou rencontres, la photographie, les croquis ou l’utilisation du dessin de la peinture, de l’image photographiée m’autorisent un mode de langage universel, qui me permet de lancer des ponts entre différents univers d’apparence si dissemblables.

Mes réalisations J’expose : Depuis 1986 régulièrement, en France, comme à l’étranger parfois, de manière individuelle ou collective, le plus souvent lors de marchés d’art contemporain, ou de portes ouvertes annuelles à l’atelier. Décors du défilé de la Biennale de la Danse ville de Brignais 1998 Décors du défilé de la Biennale de la Danse ville de Francheville 2000 J’essaye d’être le témoin lors de conférences ou discussions , de ce qui se passe dans l’univers des institutions « Maladie d’Alzheimer et expression picturale » médiathèque de Grézieu la Varenne 2006 « Journée Alzheimer 2009 » Rhinau. Invitée par Mme Béatrice Roos du conseil général du Bas Rhin « De la créativité à l’art-thérapie » Médiathèque de Nevers 2010  A propos de « Clara au pays des mots perdus » avec l’auteur Jean Yves Loude Saint Jean de Touslas 2011 « Une autre approche de la maladie d’Alzheimer » Semaine sur le cerveau Grenoble 2011. "l'art démentle chaos" Chateau de Goutelas septembre 2017.

J’ai crée un recueil pour petits et grands des comptines de notre enfance 2000 Hêtre Editions : 25 comptines de votre enfance illustrées par Maryse Grousson avec des clefs de lecture pour mieux rentrer dans l’image édition d’un Cd audio 25 comptines chantées par une chorale d’adultes, avec quelques bruits de la maison qui incitent à encore plus d’écoute. Avec d’autres artistes et auteurs j’ai participé à l’édition du livre « la Route » 2000 Stéphane Bachès Editions : 55 graveurs et treize écrivains, dont Michel Butor, André Velter, François Montmaneix, Jean Marie Auzias Isabelle Pinçon….réunis autour du thème de « La Route »

Seule je me suis lancée dans l’édition d’une série de cartes 1996 Jacques André éditeur : Pochette série de cartes « fourmi pour la paix » Avec Manuela Wyler dans la réalisation d’une version de 1994 Edition du Cantique des Cantiques aux éditions Jacques André 13 gravures originales Texte français et hébreu

Nourrir de sens Mon intérêt, mes lectures, mes recherches : La peinture, la couleur, la grande nature, la philosophie européenne, amérindienne, asiatique, l’humain dans sa grande largeur, les symboles universels. Le cerveau cet incroyable ordinateur portatif, mais où donc se cache l’inconscient ? D’où viennent les peintures qui s’imposent à nous ? Observer, mémoriser : la puissance et les défauts de la mémoire visuelle… Développer l’empathie, comprendre l’autre sans la cognition... les travaux de rapprochement entre pratiques bouddhistes tibétaines et les chercheurs en neurosciences… La poésie surréaliste une clé qui ouvre sur le vaste monde inconnu de la maladie d’A. Approcher une culture à travers ses contes et sa mythologie, pour élargir la compréhension de l’autre… Inventer et écrire de toutes petites histoires, sur le reflet des jours Pour plus d’informations....

sur Google tapez : Maryse Grousson